Mandoline: boisson énergisante pour la pratique quotidienne

Mandoline: boisson énergisante pour la pratique quotidienne

Par Jean Comeau

English Version

 

Il y a quelque temps de cela, je cherchais sur Internet la traduction anglaise du terme de lutherie «choeur» qui désigne un groupe de cordes accordées à l'unisson ou à l'octave, comme c'est le cas sur la mandoline. Comme on le fait souvent, je cherchais à tâtons; je savais que la prononciation ressemblait un peu au français «choeur» mais, avant de trouver le mot «course», j'ai essayé entre autres l'expression «mandolin chore». Et c'est là que je suis tombé au «coeur» d'une discussion autour du fait que la pratique quotidienne de son instrument préféré peut parfois devenir pénible et rebutante. Chacun y allait de son diagnostic, de son traitement et de son pronostic. En bout de ligne, la situation semblait un peu désespérée, les solutions peu convaincantes et le pronostic assez noir. On parlait de prendre un temps de repos, de changer de professeur, de se limiter aux «chansons qu'on aime». Personne ne semblait proposer de mettre un peu de couleur dans l'opération. Personne ne semblait voir l'évidence que l'ennemi juré du musicien qui pratique seul est justement la solitude! On ne s'ennuie jamais quand on pratique à deux ou plusieurs. En fin de compte, c'est un peu comme l'amour!

 

Un compagnon d'armes

Personnellement, j'ai trouvé un truc fabuleux (pour la pratique, il va sans dire!). Ça s'appelle MuseScore. C'est un logiciel de notation musicale en téléchargement gratuit qui permet de «créer, écouter et d'imprimer de magnifiques partitions». Il n'y a rien d'exagéré dans ce slogan. Je dirais même qu'il y a plus: il peut devenir un excellent compagnon de pratique avec toutes les qualités et les défauts du compagnon idéal: il est toujours disponible, il ne fait pas d'erreurs, il maintient le tempo comme un vrai métronome, il ralentit ou accélère à volonté et parfois il tape sur les nerfs. Et mieux qu'un vrai compagnon, il se tait quand on en a assez et il ne coûte rien… ou presque! Je vous le présente.

 

MuseScore, ça fait quoi?

D'abord MuseScore permet de prendre une partition totalement décatie comme cette Allemande extraite de la Méthode Raisonnée… de Leone qui a l'air de ceci...

 

 
 
 

 

et de la rafraîchir comme ceci…

Pour télécharger la partition complète, cliquez ici

 

Et, bien sûr, on peut produire des partitions séparées pour chacun des musiciens.

 

 

Moi, si j'étais professeur de musique je ferais des malheurs auprès de mes élèves avec de si belles partitions (et en retour, mes élèves auraient des chances d'être capables de les lire sans avoir à retenir que tel signe, qui n'est plus en usage, au XVIIIe siècle ça voulait dire ceci, mais pas chez Leone et que, contrairement à ce qu'écrivait Fouchetti, Denis préfèrait l'écrire ainsi! Et là, bien sûr, on ne parle pas de Gervasio! Ces types avaient un don spécial pour le crêpage de chignon).

 

Est-ce que ça joue de la musique?

Bien sûr; et c'est là que ça devient un véritable compagnon de pratique. En quelques secondes on peut produire toute une variété de fichiers mp3.

 

On peut exporter ces fichiers à la personne qui se prépare à jouer avec nous même si cette personne ne possède pas MuseScore.

On peut utiliser la partition originale pour nos pratiques. On a le contrôle total de la vitesse d'exécution; on peut sélectionner des passages qu'on fait répéter en boucle. On peut sélectionner un passage qui pose problème et le transposer dans plusieurs tonalités pour mieux le pratiquer.

 

Et c'est difficile?

Est-ce difficile de travailler avec MuseScore? Non! … Peut-être!… Au fait, oui! Ça dépend de ce qu'on veut faire. Produire une partition simple (comme l'Allemande ci-haut) et différents mp3, c'est plutôt facile. Produire pour un ensemble c'est un peu difficile.

 

Et on peut ajouter des paroles, jouer avec les paramètres de son, ajouter des tablatures, les symboles d'accords, intégrer du texte, créer des albums de pièces… là, ça devient franchement difficile.

 

Et tout ça, c'est gratuit?

MuseScore, oui. Mais à moins d'être très familiers avec d'autres logiciels de partitions, il est préférable de se procurer Mastering MuseScore. En 398 pages, on vous explique tout.

Posséder un petit clavier MIDI ne peut pas nuire non plus. Par contre, on peut tout faire avec le clavier de son ordinateur. Quand on connaît les raccourcis clavier, c'est presque aussi rapide.

 

Jean Comeau pour Mando Montréal

Autres articles...


Jean a étudié le piano, et s'est adonné aux Concertos de Chopin. Il a également touché à la composition sérielle, la flûte traversière, l'orgue et le chant. Professeur de français et de théâtre au secondaire, il a fondé la compagnie de théâtre du Bateleur pour laquelle il a écrit, composé, confectionné des costumes et construit des décors pendant 17 ans. Aujourd'hui retraité de l’enseignement, Jean s’adonne à temps plein à sa nouvelle passion : la mandoline.